Les Éditions Inspire Les Éditions Inspire

Nous contacter

editions.inspire@gmail.com

L’Ombre du Regard : « Un excellent polar hors-normes, brillant et courageux »

Dans son dernier ouvrage Cache-Cash Mortel, un polar sans sexe, sans cul et sans hémoglobine à tous les chapitres, Hubert Letiers autopsie férocement ces connivences qui lient le politique au judiciaire, pilotées depuis les hautes sphères où le cynisme que l'on y respire carbure au pognon, et où les basses œuvres — de la simple surveillance numérique à l'assassinat ciblé — sont supervisées par les "Zozors", terme qui désigne dans le jargon policier les services de renseignement français, la DGSE, et plus particulièrement sa cellule Alpha.

Lire les autres articles sur "Cache-Cash Mortel"

Hubert Letiers, invité au Chien Jaune, 25e édition

Le Chien Jaune invite Hubert Letiers à son 25e festival du polar

Nous sommes très heureux et fiers de vous annoncer qu’Hubert Letiers est invité à la 25e édition du festival de polar Le Chien Jaune à Concarneau du 19 au 21 juillet prochain pour y présenter son dernier thriller « Cache-Cash Mortel ». En 2019, le thème du festival est « la politique », Hubert Letiers y sera donc comme […]

Prestaplume, Cache-Cash Mortel

Prestaplume : « Frissons garantis ! »

Cache  -Cash Mortel est un polar ficelé dans les règles de l’art avec l’appât du gain, des ripoux et des policiers intransigeants sur les valeurs civiques, avec un peu d’action, juste ce qu’il faut d’hémoglobine et pas d’idylle venant ralentir l’avancée de l’enquête. Le sujet des narcotrafiquants se suffit à lui-même, entre l’arnaque institutionnelle, la […]

L'ombre du Regard : Cache-Cash Mortel

L’Ombre du Regard : « Un excellent polar hors-normes, brillant et courageux »

Dans son dernier ouvrage Cache-Cash Mortel, un polar sans sexe, sans cul et sans hémoglobine à tous les chapitres, Hubert Letiers autopsie férocement ces connivences qui lient le politique au judiciaire, pilotées depuis les hautes sphères où le cynisme que l’on y respire carbure au pognon, et où les basses œuvres — de la simple […]

Partager l'article

Laisser un commentaire