Les Éditions Inspire Les Éditions Inspire

Nous contacter

editions.inspire@gmail.com

Un tout petit caillou - Cendrine Varet

18,00 

Auteur : Cendrine Varet

Catégorie : Roman

Publié le : 01/06/2018

Également disponible sur :

À 83 ans « et des poussières », comme il aime à le rappeler, le Petit Vieux est doté d’un sacré caractère et ne manque pas d’énergie. Alors, lorsqu’il est placé de force dans une maison de retraite qui lui interdit d’y emmener son compagnon de toujours, son chien Alibi, le Petit Vieux sent poindre une idée qui se transforme rapidement en obsession : prendre la tangente.

ISBN 978-2-490098-31-6

Format 14*21cm

Broché - 172 pages

 

Lire le livre en numérique
Acheter le livre numérique

ISBN 978-2-490098-33-0 (EPUB)

ISBN 978-2-490098-32-3 (MOBI)

ISBN 978-2-490098-34-7 (PDF)

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Les lecteurs donnent leur avis sur "Un tout petit caillou"

Thierry, le 21 juillet (Amazon) : "Un livre formidable"

Je tiens absolument à vous faire part de mon admiration pour ce roman que je viens de lire. Ecrit dans un style très différent des autres et néanmoins facile à suivre et subtil, j'ai dévoré ce petit bijou. J'ai vraiment adoré le sujet du livre et beaucoup devraient s'en inspirer pour leurs proches.
C'est une pépite qu'il faut absolument découvrir, je vous garantis que l'émotion est au rendez-vous, jusqu'aux remerciements que nous sentons criants de vérité.
Bravo

Vanessa, le 27 novembre (Amazon) : "Un livre en or"

Un grand merci à l'auteur pour avoir ecrit une histoire aussi touchante. J'ai dévoré ce livre en 2 jours. Beaucoup d'émotion et de sincérité.

Morgan, le 27 novembre (Amazon) : "Une perle rare"

Une écriture pétillante, un livre touchant, émouvant qui nous concerne tous...!

Michel, le 20 juillet :

Tout d’abord un grand bravo à Cendrine Varet. J’ai découvert son roman grâce au site Presta Plume de Nathalie Gendreau dont je suis régulièrement les préconisations.
Pour un premier roman c’est un coup de maître ! Malgré la gravité du sujet il se lit comme un « polar ». Et pas besoin d’Alibi (c’est le nom du chien du héros) pour emporter cet ouvrage en vacances…

Aurore, le 30 novembre 2018 (Amazon) : "ma-gni-fi-que !"

Un vieux pas comme les autres ? Un être vivant surtout.
Un récit qui passe par tous les styles comme pour dire combien la vie compte plusieurs vies.
Les familles aidant leurs proches, les professionnels de la gériatrie ou encore ceux qui souhaitent découvrir ce monde,
je dis : ouvrez donc la porte du tout petit caillou...

La quatrième de couverture

À 83 ans « et des poussières », comme il aime à le rappeler, le Petit Vieux est doté d’un sacré caractère et ne manque pas d’énergie. Alors, lorsqu’il est placé de force dans une maison de retraite qui lui interdit d’y emmener son compagnon de toujours, son chien Alibi, le Petit Vieux sent poindre une idée qui se transforme rapidement en obsession : prendre la tangente.

Mais quand on est enfermé à la MDR, la « Mort de Rire », comme il la surnomme — oui, le Petit Vieux ne manque pas d’humour —, un établissement sous haute surveillance où trouver des alliés paraît aussi improbable que retrouver la mémoire le serait à cette vieille bique d’Al, s’évader prend des airs d’opération commando redoutable.

Mais il suffit parfois d’une rencontre, d’un éclair aussi vif qu’une bulle de champagne, pour faire basculer une fin de vie que l’on croyait toute tracée. Et le cœur du Petit Vieux n’est pas près de se remettre de ce qu’il s’apprête à vivre…

Parviendra-t-il à s’échapper à temps pour finir sa vie là-haut dans ses montagnes, avec son chien, comme il l’a toujours souhaité ?

Cendrine Varet est docteur ès lettres, bibliothécaire et vit dans l’Yonne. Son métier l’a amenée à fréquenter régulièrement des maisons de retraite et à côtoyer des personnes en fin de vie auprès de qui elle a beaucoup appris. Un tout petit caillou est son premier roman.

"Ici, ça sent le vieux à tous les étages.

Ça sent la vieille peau qui pue.

La vieille popote des cuisinières sous vide.

Ça sent la douche une fois par semaine.

Ça sent l'oubli."

Interview de l'auteur : Cendrine Varet

Les éditions Inspire : Cendrine, Un tout petit caillou est votre premier roman, quel a été le déclic qui vous a amenée à écrire cette histoire ?

Cendrine : J’avais très envie d’écrire un roman sur la vieillesse, et plus particulièrement la fin de vie. Je cherchais une idée et j’ai eu la chance de travailler, en tant qu’intervenante extérieure, dans des maisons de retraite. La première fois que je suis entrée dans un de ces établissements j’ai été déstabilisée par tous les regards plus ou moins présents, et je me suis posé beaucoup de questions : certains semblaient déjà ailleurs, mais où ? Que se passait-il derrière tous ces visages ? Qu’avait été leur vie avant celle d’ici ? Qu’avaient-ils emporté avec eux ? À quoi avaient-ils dû renoncer en venant vivre en maison de retraite ? Pour beaucoup, cette demeure serait la dernière, et je me disais que pour la majorité ce n’était certainement pas un souhait, un projet de vie ni même un rêve de jeunesse de venir passer les dernières années de leur vie dans ce genre de lieux. Je n’ai jamais entendu quelqu’un dire : lorsque je serai âgé je rêve de vivre en maison de retraite et d’y terminer ma vie !

Je ne me lassais pas de les observer et de les écouter. Je pensais à tous ceux qui auraient aimé mourir ailleurs, autrement. Et un jour, j’ai pensé à tous ceux que l’on avait séparé de leur animal domestique. C’est là que j’ai eu le déclic pour mon histoire.

Les éditions Inspire : Malgré le thème difficile de la fin de vie, votre écriture n’est jamais larmoyante, on sourit plus qu’on ne pleure en lisant Un tout petit caillou ; en quoi était-il important pour vous de prendre ce parti pris de légèreté pour aborder ce sujet ?

Cendrine : Il s’agissait presque d’une évidence. Je souhaitais traiter d’un sujet grave en toute légèreté, une légèreté profonde. Je ne voulais cependant surtout pas heurter ou choquer le lecteur. Je ne voulais pas alourdir un sujet déjà lourd qui souvent dérange et dont il est difficile de sourire. Il était donc primordial pour moi de trouver un équilibre entre rires et larmes, entre humour et gravité. Le personnage du Petit Vieux était parfait pour incarner cet équilibre. Il est à la fois drôle et profond, puissant et sensible, fort et fragile, tendrement bourru et fait preuve d’une bonne dose d’autodérision.

Et puis je crois, tout simplement, que j’avais très envie de célébrer la vie en abordant la mort sous un angle drôlement émouvant.

  

Les éditions Inspire : Dans Un tout petit caillou, on sent que vous aimez jouer avec les mots. D’où vous vient ce goût pour l’écriture ?

Cendrine : Il vient de ma rencontre avec mon institutrice de CM2. C’est d’elle que tout est parti, cette femme m’a véritablement transmis sa passion des lettres. Cette année scolaire fut une pure révélation dans ma vie ; j’y ai découvert les poètes Prévert (Fleurs et couronnes), Desnos et Cros (Le Hareng saur), j’ai découvert qu’on pouvait s’amuser avec les mots, les malaxer, jongler avec les sons, former et déformer leurs sens, j’ai découvert les acrostiches, les rimes, l’infinie magie des mots, leur pouvoir et toutes les possibilités qu’offrait l’écriture. Toutes ses promesses. J’ai commencé à jouer maladroitement avec les mots, et plus j’écrivais plus je parvenais à les manipuler, plus ils me manipulaient !

Ce goût pour l’écriture a ensuite été alimenté par celui de la lecture et des livres, et plus je lisais plus j’étais persuadée que ma vie était là. D’ailleurs, ma vie ne tourne qu’autour des livres et de l’écriture.

J’aime écrire, et j’aime croire que c’est quasi inné, je me souviens de mon année de CP, de l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. C’était magique, si facile et évident pour moi. Comme si je n’attendais que cela et comme si tout était là. Bien évidemment, la facilité ne suffit pas et il a fallu beaucoup travailler pour parvenir à une écriture plus affinée et plus aboutie. Car si l’écriture est pleine de promesses, j’ai appris qu’elle était également pleine de désillusions.

 

Les éditions Inspire : Comment écrivez-vous ? Avez-vous besoin d’un plan détaillé, connaissez-vous toute l’histoire avant de commencer l’écriture à proprement parler ?

Cendrine : Vaste sujet… J’aurais tendance, spontanément, à dire que j’écris beaucoup à l’instinct, avec mes tripes cérébrales, mais ce n’est pas si simple que cela. Je domine cet instinct, je le canalise afin que ça ne parte pas dans tous les sens. J’ai appris à travailler l’écriture, à travailler de manière soutenue et régulière, à exiger de moi autant que l’écriture exige de moi-même. J’ai d’ailleurs de plus en plus de mal à rester plusieurs jours sans écrire. Je suis vite en manque ! J’ai surtout beaucoup appris à m’oublier lorsque j’écris. Je pense à mes personnages au point d’être mes personnages, de les incarner et les vivre en parfaite osmose ; je pense en permanence aux potentiels lecteurs, j’écris pour eux, comme si je construisais un cadeau avec, au bout de tout cela, le plaisir de pouvoir un jour offrir le partage du texte.

Sinon, je n’élabore pas de plan détaillé. Alors comme j’en ai un peu honte, j’essaie de m’y tenir, de faire des fiches, mais j’abandonne très vite car cela me perturbe, cela entrave mon imagination. En revanche, je pose des repères afin de ne pas trop me perdre car s’il y a bien une chose que je redoute lorsque j’écris et déroule une histoire, ce sont les incohérences. Je me demande si je n’ai pas la phobie de l’incohérence ! J’aime que tout soit carré et structuré, et ce n’est pas parce que je n’élabore pas de plan que c’est le bazar, bien au contraire, ne pas faire de plan m’impose une rigueur et une présence d’esprit permanentes. Je suis obligée de rester vigilante, en état d’éveil, et c’est cela qui alimente le déroulement de mon histoire.

Avant de débuter l’écriture du roman, je pense en connaître l’histoire, mais au fur et à mesure qu’elle s’étoffe je découvre des choses auxquelles je ne m’attendais pas. Comme dans la vie en fait, on prévoit, on projette et puis hop l’inattendu pointe le bout de son nez et on se retrouve là où l’on ne pensait jamais pouvoir aller. C’est ça qui est bien avec l’écriture. Au début, je crée mes personnages en ne voyant d’eux qu’une silhouette puis, progressivement, ils grandissent, prennent de l’ampleur et s’installent. Ils deviennent quelqu’un, véritablement. À tel point que lorsque le roman est terminé, les personnages me manquent. J’éprouve alors une espèce d’euphorie déprimante, une sorte de « booky-blues ».

 

Les éditions Inspire : Un dernier mot sur votre expérience d'édition chez nous ?

Cendrine : Une expérience que j’aimerais partager avec tous les gens que je connais, mais cette expérience, comme le bonheur, reste difficile à partager.

Chez vous je me suis sentie chez moi, j’ai trouvé tout ce que j’aime et espère d’un travail en équipe : la rigueur, l’exigence, la fiabilité, le respect et la confiance. J’ai beaucoup appris à vos côtés. J’ai appris à travailler mon manuscrit en profondeur, avec tout ce que cela implique de cruauté : jeter ! Jeter et refaire, en mieux.

Avant d’envoyer mon manuscrit aux Éditions Inspire, j’ai décortiqué votre site Internet et j’ai immédiatement eu un coup de cœur pour votre identité éditoriale : vos choix et le graphisme de vos couvertures.

.

La presse en parle

Le coin lecture d'Aniouchka : Un tout petit caillou

Le coin lecture d’Aniouchka : « Une petite merveille de tendresse »

Ce petit roman à la fois tendre et réaliste témoigne des immenses peines et des petites joies qui composent la vie des personnes âgées vivant seules. Entre souvenirs, inquiétudes et petits bonheurs, Un tout petit caillou pétille de vie.  Si vous cherchez un roman à la fois court, drôle, triste et débordant de vie, c’est celui-ci qu’il […]

Des livres, des fils et un peu de farine : "Un tout petit caillou"

Des livres, des fils et un peu de farine : « Un petit bijou d’empathie »

Un  tout petit caillou, c’est un roman sur la vieillesse, la maladie, la fin de vie. Un sujet pas évident du tout pour un premier roman. Avec Cendrine Varet, le lecteur pousse la porte d’une maison de retraite et va rencontrer le Petit Vieux, alias La Fouine, un ancien flic qui s’est retrouvé dans cet […]

Ma bibliothèque bleue : "Un tout petit caillou"

Ma Bibliothèque Bleue : « Un hymne à la vie émouvant et percutant »

Ce  petit caillou est un petit bijou ! Avec une écriture douce, mais néanmoins dynamique, Cendrine Varet signe une histoire de petits vieux au coeur d’une MDR – comprenez : maison de retraite 😉 Sans voyeurisme, ni misérabilisme, l’auteur clame son amour pour « le cœur des Vieux, les vieux cœurs cassés, usés, rapiécés, hors d’haleine, rabotés, brûlés, recousus, […]

Prestaplume aime Un tout petit caillou, de Cendrine Varet

Prestaplume : « Une écriture rythmée, poétique et débordante d’humour »

  Une  plume alerte pour Un tout petit caillou qui dévale avec légèreté le versant cœur du lecteur. Avec son premier roman, audacieux par son sujet, Cendrine Varet pénètre le monde de la vieillesse et de la fin de vie à pas déterminés, mais sans voyeurisme. Elle pousse pour nous la porte du quotidien d’une maison de […]

Un tout petit caillou dans TMV

« Un tout petit caillou » dans le numéro spécial été de TMV

Le  premier roman de Cendrine Varet est dans le numéro spécial été de TMV ! Un tout petit caillou est à lire absolument cet été sur la plage (ou ailleurs !) ! Retour au livre Lire les autres articles sur « Un tout petit caillou »

L'Yonne Républicaine : "Un tout petit caillou", Cendrine Varet

L’Yonne Républicaine : « Un premier roman inspiré »

  Cendrine Varet est dans l’Yonne Républicaine ce jeudi et sera à la librairie maison de la presse de Charny les samedi 16 et dimanche 17 juin prochain ! Venez nombreux la rencontrer ! Retour au livre

L'Eclaireur Gâtinais : Cendrine Varet, Un tout petit caillou

Cendrine Varet est dans L’Eclaireur du Gâtinais

  Cendrine Varet parle de son premier roman « Un tout petit caillou » dans L’éclaireur gâtinais du 13 juin 2018. N’oubliez pas d’aller la rencontrer à la librairie maison de la presse de Charny les samedi 16 et dimanche 17 juin ! Cendrine Varet Retour au livre

Le Petit Vendômois de juin 2018, "Un tout petit caillou" de Cendrine Varet

« Un tout petit caillou » dans Le Petit Vendômois

  « Un tout petit caillou » de Cendrine Varet est dans Le Petit Vendômois du mois de juin. Pour en savoir plus sur l’auteur ou le roman : Cendrine Varet Lire les autres articles sur « Un tout petit caillou »

1 Commentaire

  • spengler michel
    20 juillet 2018 at 9 h 58 min 

    Tout d’abord un grand bravo à Cendrine Varet. J’ai découvert son roman grâce au site Presta Plume de Nathalie Gendreau dont je suis régulièrement les préconisations.
    Pour un premier roman c’est un coup de maître ! Malgré la gravité du sujet il se lit comme un « polar ». Et pas besoin d’Alibi (c’est le nom du chien du héros) pour emporter cet ouvrage en vacances…

Laisser un commentaire